EDITORIAL Version imprimable Suggérer par mail
le 01-11-2008
Pages vues 7075    

   

L

' organisme n'est rien d' autre qu' une production d' artificialité vitale, qui n' est pas une auto production au sens d'un vitalisme outrancier puisqu' il consiste en un numéro d'équilibriste permanent entre les besoins internes de l' organisme et son environnement externe.[1]

    Contrairement à l'hypothèse, la fiction est une construction imaginative qui se justifie uniquement par son utilité, sans prétendre correspondre à la réalité. Ainsi les ostéopathes d' antan fictionnalisaient l'ostéopathie en construisant des modèles explicatifs théoriques afin de partager leur ressenti.

    Une théorie scientifique ne marche que si elle permet la prévision et le contrôle des phénomènes , parce qu'elle est une image vraie ou « approximativement vraie » de la nature. On a souvent comparé les modèles à des métaphores, dont le pouvoir serait plus expressif que descriptif. L'image courante du progrès scientifique veut que les entités mystérieuses postulées, afin d'expliquer les phénomènes, soient éliminées au bénéfice d'entités strictement observables et que toute trace de mythologie ou de pouvoirs occultes disparaisse du savoir positif.[2]

    L' objectif premier de la recherche scientifique est d'éclairer des entités et des processus que l' on ne comprend qu'insuffisamment ; pour ce faire, les chercheurs doivent trouver les moyens de parler de ce qu'ils ne connaissent pas, des choses qu' ils ne font qu' apercevoir et deviner, sur lesquelles ils ne peuvent que spéculer. S' ils veulent rendre compte de leurs efforts quotidiens, il leur faut inventer des mots, des expressions et des formes de langage susceptibles d' attirer l' attention sur des phénomènes pour lesquels il n' existe pas encore de descripteurs littéraux. De même, ils ont besoin d' inventer des modèles, de mettre au point des simulations, et d' effectuer des bonds interprétatifs afin de relier ces phénomènes en un récit cohérent.

    Un modèle est bon s'il projette correctement des schémas de la réalité, ce qui n'implique pas qu'il soit en tout point une description de celle-ci. Le modèle du cerveau comme ordinateur a été justement rejeté comme image globale du fonctionnement cérébral ; mais il ne s'ensuit pas que la cartographie des fonctions et des processus cognitifs qu'il a instaurée soit inadéquate. Les modèles ne sont pas des jeux de l'imagination ; tout comme les expériences de pensée , ils sont au service d'une visée théorique. Les modèles sont abstraits, mais les abstracta ne sont pas de pures ficta. Le réalisme scientifique s'impose toujours par défaut.[3]

    La recherche donne une fondation « evidence based » à ce que l'ostéopathie entreprend dans sa pratique avec ses patients.

    L'evidence based medecine est l'utilisation la plus méticuleuse, explicite et judicieuse des meilleures preuves les plus récentes pour la prise de décision pour les patients.

    La recherche a donc une très grande importance pour chaque ostéopathe dans sa pratique quotidienne.

S
eul le réalisme scientifique permet de satisfaire la visée de la vérité qui anime et donne un sens à la science.

 

PROTIN L. 

R-DO.org   : Département Recherche de l' Ostéopathie

    "Mens agitat molem"

--------------------    

[1] Goldstein Kurt, la structure de l’organisme, 1934 ; Gallimard, 1983

[2] Hacking Ian, Concevoir et expérimenter, 1983 ; Christian Bourgois, 1989

[3] Hesse Mary, Models and Analogies in science, 1963

Dernière mise à jour: 17-04-2014

Publié dans : Guides R-DO, Informations
Ajouter à votre sélection Imprimer



mXcomment 1.0.4 © 2007-2017 - visualclinic.fr
License Creative Commons - Some rights reserved
Écrit par Protin Loïc   
 
< Précédent   Suivant >
Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.
Cherchez de l'information dans la base des sites certifiés HONcode français.